party like it is 2000
HOME | NIGHTLIFE | EDITORIALS | CULTURE | REVIEWS | PARTIES | MONTREAL NEW YEARS | NIGHTLIFE PICS 

NYE & Random Party Listings
 :: 
 :: 
 :: 
 :: 
Montreal's Nightlife Source
> reviews of clubs, bars, pubs & lounges.
> the best tourist information
> Montreal nightlife picture gallery
> FREE events listings
> NEW YEARS EVE
Planning for New Years now made easier than planning for a wedding.





Planning for New Years now made easier than planning for a wedding.



by Le Gambler

Une femme de joueur
Avant de débuter, je tiens à saluer nos amis les homosexuels en fauteuil roulant, ainsi que les étudiants francophones aux noms russes du MIT, que j'oublie souvent. En fait, je ne l'avais pas fait avant parce qu'il va de soit que j'écris pour tout le monde, sans aucune discrimination (à part évidemment pour les roux), mais puisque ceux-ci y sont allés de commentaires élogieux suite à mon dernier article, je leur envoie cette salutation spéciale.

Vous le savez si vous avez lu mes quelques derniers articles, je suis découragé de la direction que prend notre monde, et je suis très pessimiste quand je pense au futur qui attend mes enfants (je n'en ai pas encore à ce que je sache, mais si la consommation d'alcool ne m'a pas rendu stérile j'espère bien en avoir un jour). Les exemples de notre déclin sont partout : les catastrophes naturelles de plus en plus fréquentes, le cancer en progression constante, l'élimination probable à moyens termes de la classe moyenne, etc. Mais malgré que tous ces fléaux soient bien terribles, ils me semblent assez loin. Plus près de moi, je vois des manifestations de ce déséquilibre planétaire qui me forcent à faire face à la réalité.

L'une d'elle est le fait que la ville de Québec n'ait plus d'équipe de hockey et que Nashville en ait une. Dans quel monde vit-on, dites moi, lorsqu'un peuple est privé de son sport national, d'une des plus belles rivalités du sport professionnel, et qu'une gang de cowboys qui n'en ont rien à cirer peuvent aller s'enfermer dans un aréna sombre et humide au lieu de chasser la vache avec leurs lassos en écoutant du Hank Williams en chiquant du tabac au soleil? Dans un monde de merde, vous dites? Hé bien sachez que je n'apprécie pas beaucoup votre vocabulaire, mais je comprend que vous soyez dans un tel état.

En tant que fan des Bruins de Boston (l'équipe de joueurs avec du cœur que je connaissais quand j'avais treize ou quatorze ans, pas cette gang de businessmen qui sont prêts à changer d'équipe pour quelques centaines de milliers de dollars de plus), je ne peux qu'être nostalgique quand je pense à Raymond Bourque qui a passé toute sa carrière avec ces sympathiques éternels seconds, pour être récompensé à la toute fin par ses patrons qui lui permirent de gagner la coupe.

Et entre vous et moi, qui méritait le plus d'avoir une équipe de hockey? Ces bons vivants buveurs de O'Keefe de fans des Nordiques ou cette gang de buveurs de bière 4% conservateurs républicains de fans des Predators? Oui, je vous le dis, la belle époque est révolue.

Mais… l'est-elle vraiment?

Non! Il existe encore un endroit féerique où les joueurs sont payés à peu près le même salaire que les fans, où crier des insultes aux joueurs de l'autre équipe les met vraiment en rogne et où pour le prix d'une seule bière au Stade Olympique on en a trois. Dans cet endroit merveilleux, la femme des joueurs sont barmaids dans les estrades, la marchandise d'équipe est magnifique et à prix dérisoire, il y a de jolies shooter girls et on se sent comme dans une belle grande famille qui nous accepte avec nos qualités et nos défauts. Cet endroit mes amis, il s'agit du stade municipal de Québec, résidence de Nos Précieux, les Capitales de Québec!

Ce n'est que la saison dernière que j'ai enfin donné un sens à ma vie, lorsqu'accompagné par mes partenaires dans le vice habituels, je suis allé me procurer mon chandail d'équipe, ma bière et mon roteux, et que je suis allé encourager cette belle équipe de sport professionnel. Bien qu'un après-midi aux Caps puisse s'avérer une belle occasion d'avoir du plaisir entre amis, le calibre de jeu y est excellent, et pour peu qu'on puisse rester attentif le temps de quelques manches, il s'agit d'un très bon spectacle.

Parmi les façons d'agrémenter votre soirée ou votre après-midi, il y a la terrasse où moyennant environ 25$ vous avez droit à un bar ouvert pendant les deux heures précédant le match, et à tous les hot-dogs que vous pouvez ingérer, ainsi que la zone Dugout Molson-Ex (à prononcer en anglais et non pas " Du goût " comme nous l'avons fait la première fois) où pour environ 10$ vous avez droit à des hot-dogs gratuits, pouvez participer à divers concours, comme celui de la bière gratis si le joueur du match frappe un circuit, ou celui de la bière gratis s'il y a cinq points en cinquième manche (sans oublier le bar ou à l'achat d'une bière, on vous donne un coupon pour gagner d'autres bières).

Et n'oublions surtout pas la mascotte Capi, qui n'est pas sans rappeler Youppi, sans toutefois avoir quoique ce soit à lui envier de par sa grande classe, son humour raffiné et son poil moins roux. La rumeur veut même que Capi et Badaboum des défunts Nordiques soient une seule et même personne, mais ça reste à confirmer.

Intermède

J'en profite pour vous raconter une anecdote à propos de Youppi, que j'ai su de sources sûres. Vous connaissez tous le pouvoir d'attraction qu'ont les vedettes et les uniformes envers les femmes. Hé bien croyez le ou nom, il semblerait que plusieurs femmes fantasment sur les mascottes. En effet, Youppi(en réalité un gars au physique très moyen), en plus de se faire régulièrement offrir des clés de chambres d'hôtel par de belles femmes, mon oncle qui le connaissait personnellement, se serait fait demander par la plantureuse secrétaire d'un de ses collègues si elle pourrait le rencontrer (Youppi, pas mon oncle). Lui proposant de le rencontrer dans son vestiaire avant le match, l'histoire raconte que la femme serait allée le voir et l'aurait soulagé oralement de son stress d'avant match, et ce sans jamais l'avoir vu auparavant.

Bon, revenons à nos moutons

Alors, vous dites vous, nous venons de perdre " Nos Z'amours " à Montréal, pourquoi irions nous voir " Nos Précieux " à Québec? Hé bien je suis déjà allé aux Expos lorsque j'étais trop jeune pour consommer de la bière, et je dois vous dire que j'ai trouvé ça 4 fois moins le fun. Puisque la bière compte probablement pour la moitié de ce fun que j'ai en plus aux Caps, l'autre moitié est due en partie à ces facteurs : alors qu'aux Expos il y avait de la place pour 55 000 personnes et qu'il y en avait 10 000, aux Caps il y a de la place pour 6000 personnes et il y en a 5000. Ça fait toute une différence côté ambiance. Deuxièmement, au lieu d'avoir un terrain synthétique et un toit en plastique, il y a de la vraie belle pelouse verte et un beau ciel bleu (ou noir, dépendamment de l'heure), ce qui vous permet de faire le gag classique " Crisse mon char!! " lorsque la balle vole en direction du parking. Troisièmement, relisez l'article depuis le début, si vous n'êtes toujours pas convaincu (vous pouvez sauter l'intermède, à moins que ça vous excite, pervers que vous êtes tous).

Et puis, alors qu'à un drabe match des Expos il aurait été mal vu de crier des slogans de toutes sortes, aux Caps si vous n'êtes pas satisfait de l'ambiance, des calls amusants de l'annonceur maison, des danses suggestives de Capi (sans parler de lorsqu'il roule en go-kart à toute vitesse sur la piste accompagné d'un jeune chanceux en pleurs), il n'en tient qu'à vous d'y aller de " Go Caps Go! " de toutes sortes et de " Donnez moi un C! Donnez moi un A!... " de tout acabit. Mon ami Pirate Louis (un des meilleurs fans des Caps, bien qu'il lui arrive souvent d'abuser de ses encouragements, sous l'emprise de notre meilleur ami et pire ennemi, la boisson) a d'ailleurs fait une compilation des ses meilleurs calls, que voici :

À l'occasion d'un match contre New Haven (Connecticut) :

   Go Caps! Get those suckers back to Connecticut

À l'occasion d'un match contre les Lumberjacks de Bangor :

   Go Caps! Make those Lumberjackasses eat the shit they deserve.

À Vic Davilla, du Spirit de Noth Shore :

   Hey Vic! Are you sure you have enough jewelry you freaking sissy?

À un joueur de l'équipe adverse, nommé Chris, sélectionné arbitrairement lorsqu'il se présente au bâton :

   Hey Chris! Your mom is still on crack?

À un joueur de l'équipe adverse, nommé Mike, sélectionné arbitrairement lorsqu'il se présente au bâton :

   Hey Mike! Be careful not to sodomize yourself with your own baseball bat this time.

Alors, voilà. Je ne vois pas ce que je pourrais vous dire de plus sur Nos Précieux Caps, à part qu'un de leurs matchs un bel après-midi ou une belle soirée d'été suivi d'une bonne bière sur une terrasse ou d'un party de célébration à la garçonnière d'un groupe de fans est une des plus belles activités que vous pourrez faire à Québec. En passant, selon les rumeurs, Longueuil pourrait avoir une équipe dans la ligue CANAM dans le futur… Peut-être aura-t-on droit à une autre belle rivalité? Espérons le! Quoiqu'il en soit, j'espère pour vous que vous n'oublierez pas de venir chanter " Take me out to the ball game " avec nous si vous passez dans le coin cet été!





HOME | NIGHTLIFE | EDITORIAL | CULTURE | NIGHTCLUB REVIEWS | SPECIAL EVENTS
MESSAGE BOARD | MONTREAL NIGHTLIFE PICS | TOURIST INFO | NEW YEARS 2016
MONTREAL NEW YEAR'S EVE CALENDAR | MONTREAL-CLUBS CLOTHING | MONTREAL SOUVENIRS & GIFTS
ARCHIVED ARTICLES | ABOUT US