start the New Years in style
HOME | NIGHTLIFE | EDITORIALS | CULTURE | REVIEWS | PARTIES | MONTREAL NEW YEARS | NIGHTLIFE PICS 

NYE & Random Party Listings
 :: 
 :: 
 :: 
 :: 
Montreal's Nightlife Source
> reviews of clubs, bars, pubs & lounges.
> the best tourist information
> Montreal nightlife picture gallery
> FREE events listings
> NEW YEARS EVE
Getting your NYE tickets here is simpler than shopping for shoes. Guaranteed.





Get your NYE tickets online NOW!


Updated on the 15th of every month

by Le Gambler

Bonjour à vous, fidèles lecteurs. Ce mois-ci, mon plan était fait : j'avais décidé que j'avais assez parlé des partys de toutes sortes, et essayé de vous choquer par mon contenu parfois provocateur, afin de tenter de comprendre les mœurs de la société et d'expliquer pourquoi les jeunes se tournent vers des sources de divertissement telles que Steve-O et son " Don't try this at home tour ". Le nom de l'article était déjà prêt : " Steve-O : l'hypocrisie médiatique et l'équilibre planétaire ".

Cependant, Richard Martineau m'a coupé l'herbe sous le pied dans un éditorial de l'hebdomadaire " Voir ", avec des propos des plus intelligents et comme toujours, en plein dans le mille (c'est un franc-tireur, haha!). Alors si vous voulez lire de quoi d'intelligent, rabattez vous sur lui, moi ce mois-ci je vous parle du "Bike & tattoo show 2004", crisse.

Alors je vous prie, gens urbains qui mangez du sushi et vous tenez sur le plateau, attention à vos âmes sensibles. Moi-même, qui en ai vu d'autres, ne savais trop à quoi m'attendre. Premièrement, je me suis dit que pour me confondre dans la foule, je devais me vêtir convenablement. C'est ainsi que j'ai mis ma ceinture Harley, mon magnifique t-shirt noir serré Montreal-Clubs qui faisait voir mes gros bras (ou plutôt ma grosse bedaine), et que je me suis dépêché de parker mon " Echo hatchback " en cachette avant d'aller rejoindre un de mes amis qui m'attendait patiemment. Après m'être demandé si je devais mettre des bermudas pour montrer mon tatouage, j'ai rencontré un gars qui avait la moitié de la face tatouée, et je me suis dit que j'étais correct avec mes jeans. À mon arrivée, on annonçait le début du combat de filles dans l'huile. C'était moins une…

A Rome, fais comme les romains

S'il vous plaît, mesdames, ne me jugez pas trop durement. Bien que je sois pour le respect de la femme, à Rome il faut faire comme les romains, et au Sport Plus de Laval, il faut faire comme les Hell's. C'est ainsi que j'ai pu assister à la vente aux enchères des (très) jeunes demoiselles (très) peu vêtues qui allaient se battre avec des gants de boxe géants, et ce de façon beaucoup plus violente que j'anticipais. En fait, il ne s'agissait pas vraiment d'une vente des demoiselles elles-mêmes, mais simplement du droit de les asperger d'huile avant de les masser pour bien étendre le tout, sous la supervision de l'hilarant et sympathique animateur maison, un serveur au Hilton qui faisait ceci pour arrondir ses fins de mois (ou peut-être pas…).

Après la fin des hostilités, remportées par la charmante Shirley (ou Sandra, ou Ingrid, etc.), nous avions environ une heure à combler avant le début de la présentation des motos sur scène. Nous avons commencé à déambuler dans la place, à regarder les " shows craque " du coin de l'œil et en engageant des discussions polies avec des futurs confrères motards et motardes de la place. C'est lors d'une de celles-ci, avec une sympathique concessionnaire Harley de l'Ontario que j'ai constaté que la mode des t-shirts roses n'a pas encore pénétré le monde hermétique des motards, alors que mon interlocutrice m'a confié à propos du serveur : " He looks like a fag ". " Bon choix pour le t-shirt noir ", me suis-je dit.

Épidémie de rhume

Quelques bières plus tard, et après avoir constaté que je n'étais pas le seul a trouver qu'il faisait un peu froid, puisque plusieurs semblaient avoir attrapé un rhume (héhé…), c'était enfin le temps de la présentation tant attendue. C'est ainsi qu'une trentaine de propriétaire de choppers plus magnifiques les uns que les autres ont paradé tour à tour sur scène, avant de faire un " show bruit " (puisque les " shows boucane " étaient interdits) et de quitter la scène. Évidemment, chacun des motards était accompagné d'une jolie demoiselle accoutrée de façon affriolante. Certains étaient cependant déçus par les tenues en question, puisque le sympathique Tommy m'a confié qu' " y avait ben plus de boules l'année passée ".

Après la présentation des motos, le show du " Rib Steak Ron Band " nous attendait après une autre pause. La soirée allait bon train, je devenais de plus en plus en état d'ébriété, et je commençais à devenir plutôt familier, surtout après que mon ami m'ait fait remarquer : " Hey tu te rends tu compte qu'y a au moins 50 personnes icitte qui ont déjà tué quelqu'un? ". Cependant, il n'était pas encore temps de s'en aller, puisque j'étais encore assez lucide pour ne pas aller parler à une des demoiselles du combat de filles dans l'huile, même après qu'elle m'ait fait un beau sourire. Voyez-vous, les filles de motards trouvent ça sexy les bedaines, elles… (Mais leurs bedonnants n'aiment pas que les gringalets de ma sorte leur fassent de l'œil.)

À notre arrivée au show de " Rib ", comme nous nous plaisions à l'appeler (en fait je viens d'inventer son surnom à l'instant), nous avons constaté que ce n'était pas lui qui chantait " Enter Sandman ", mais plutôt un gars avec une espèce de veston en cuir rouge, avec écrit " Hell's Angels " en arrière, ainsi que le nom de sa ville, Toronto. Puisqu'il s'agissait sans doute d'un pieux paroissien ontarien, nous avons eu la politesse de rocker au son de ses chants, qu'il avait sans doutes pu perfectionner à l'église de sa paroisse.

La morale de l'histoire

C'est vers les minuit que je commençais définitivement à être un peu trop amical, et que nous étant retrouvés seulement deux, aucun de nous n'ayant un casier judiciaire, que nous avons décidé que la soirée tirait à sa fin (à cet endroit là, en tous cas). À ce qu'on m'a dit, le party du lendemain (ou mon ami J-F a pu prendre les photos que vous voyez) était beaucoup plus mémorable, mais j'ai décidé de rester avec ma mère pour jouer au Scrabble (sans blagues!). J'ai d'ailleurs eu l'impressionnant score de 374.

La morale de cette histoire (Haha! Je vous ai bien eu, il y en a une!), c'est que ce n'est pas parce qu'on aime les choppers et les combats de filles dans l'huile qu'on est pas capable d'être tendre et doux, et bon au Scrabble. Sur ce, au mois prochain, à moins qu'on se voie au Orange Day Party!





HOME | NIGHTLIFE | EDITORIAL | CULTURE | NIGHTCLUB REVIEWS | SPECIAL EVENTS
MESSAGE BOARD | MONTREAL NIGHTLIFE PICS | TOURIST INFO | NEW YEARS 2016
MONTREAL NEW YEAR'S EVE CALENDAR | MONTREAL-CLUBS CLOTHING | MONTREAL SOUVENIRS & GIFTS
ARCHIVED ARTICLES | ABOUT US