don't leave for NYE what you can do today
HOME | NIGHTLIFE | EDITORIALS | CULTURE | REVIEWS | PARTIES | MONTREAL NEW YEARS | NIGHTLIFE PICS 

NYE & Random Party Listings
 :: 
 :: 
 :: 
 :: 
Montreal's Nightlife Source
> reviews of clubs, bars, pubs & lounges.
> the best tourist information
> Montreal nightlife picture gallery
> FREE events listings
> NEW YEARS EVE
Don't let your friends steal the entire NYE spotlight from you.





Don't let your friends steal the entire NYE spotlight from you.


Updated on the 15th of every month

by Le Gambler

Bonjour à vous tous, fidèles francophones montréalais, amateurs assidus de Montreal-Clubs.com, et lecteurs invétérés de la chronique Montréal en français. J'étais en manque d'inspiration pour ce mois-ci, lorsque mon acolyte alcoolique Sir Bender m'a proposé de parler des différences entre faire le party en régions et faire le party à Montréal. Puisque j'étais toujours en total manque d'inspiration, j'ai décidé de boire quelques bonnes O'Keefe tablettes et d'écouter WD-40 et les Dérailleurs, deux groupes de ma chère ville natale, Chicoutimi.

Tout d'abord, voici une première différence : j'ai bu de la O'Keefe tablette et j'ai écouté du rock'n'roll garage (du " Raggers " comme on dit dans mon patelin natal) pour m'inspirer. Voyez-vous, l'éloignement nous permet, à nous les habitants, de vivre loin des panneaux publicitaires nous conseillant de boire de l'ADN (d'ailleurs on m'a déjà traité de femme parce que je buvais de la Miller Genuine Draft, alors imaginez de l'ADN), et d'écouter du Linkin Park.

Ainsi, alors qu'il faut pour un montréalais aller dans les plus bas fonds du quartier St-Henri pour acheter une 1.18L de bière à 10%, ce type de consommation est monnaie courante dans les soirées les plus mondaines du Saguenay. Il en va de même pour la grosse bière, qui, bien qu'elle soit réservée aux tavernes mal famées des sous-sols de bingos montréalais, se retrouve dans à peu près tous les bars saguenéens.

De plus, alors que pour vous, citadins, " se garder au chaud " veut dire se vêtir de ses plus beaux atours doublés de duvet, pour un fêtard saguenéen, il s'agit plutôt de boire une bonne canne de caribou (boisson inventée jadis par les fêtards du Carnaval souvenir de Chicoutimi), vêtu de sa plus laide chemise à carreaux.

Mais évidemment, tous les montréalais ne sont pas tous de pauvres victimes de la mode, prêts à sombrer jusqu'au cou dans la dernière invention concoctée par un groupe de publicitaires grisonnants, et à boire la nouvelle boisson à la mode, même si elle est si sucrée qu'il est impossible d'en boire plus de deux sans avoir de maux de cœur (ex. : l'ADN). On retrouve donc à Montréal toutes sortes de bar les plus variés, allant des Foufs à la rue Crescent, en passant par le Ste-Elizabeth (mon bar préféré soit dit en passant) et le Dôme (ça existe tu encore ça?). Vous en avez vraiment pour tous les goûts. Au Saguenay, nous n'avons malheureusement pas cette chance. Les bars chez nous, outre quelques très rares exceptions, peuvent en gros se classer dans l'un des types suivants :

  • Les bars de ginos : le genre d'endroit où l'on peut retrouver un bel amalgame de gars avec des mèches blondes et des Civic à signes chinois et à petites lumières bleues sur leur hood (ou peu importe quelle est la nouvelle mode des chars de ginos), de filles de 14 ans habillées comme Britney Spears, du dance trop fort, et des inventions insipides comme des planchers de danse tournants. Si par hasard il s'agit d'une soirée chansonnier, celui-ci y chantera invariablement " La petite grenouille ". S'il s'agit d'une soirée Karaoke, il y aura invariablement un gino ou une fillette entrain de chanter " La petite grenouille " (exemple extrème : le Pub à Chicoutimi; exemple modéré : n'importe quel bar à Jonquière).
  • Les bars de musique live : le genre d'endroit où il y a des shows de chansonniers, de blues ou de jazz (dont l'excellent Wake-Up Jazz Band), et où on s'entend parler lorsqu'il n'y en a pas. On y sert de la bière québécoise, ou maison (Exemples : la Voie Maltée à Jonquière, le Potin à Chicoutimi.).
  • Les bars de type " taverne " : le genre d'endroit où on retrouve des piliers de taverne de 50 ans qui dorment au comptoir, une vieille grébiche comme serveuse (ou encore une jeune poulette qui a entendu la panoplie des commentaires déplacés), et un juke-box rempli de AC-DC et de ZZ Top. Souvent ce genre d'endroit est négligé, mais lorsqu'on y arrive à plusieurs, il y a moyen d'y passer des soirées mémorables (exemple : la Brassette du Capitaine à Chicoutimi. Note : le correcteur de Word souligne en rouge le mot " Brassette ". Celui-ci a donc été inventé par les génies qui possèdent ce tripot louche.).
  • Les bars de coke : par coke, je veux dire cocaine, et non Coca-Cola. Puisque je ne suis pas un motard, je ne peux pas vous dire de quoi ça a l'air là dedans. Par contre, voici comment j'imagine ça : des vieux pirates qui grognent et qui se battent avec les mêmes couteaux que ceux sur lesquels ils viennent de se faire une grosse ligne. À éviter. (Exemple : le " Bar-Terrasse " le Bercail à Chicoutimi)
  • Les bars de danseuses : alors qu'à Montréal bar de danseuse veut dire endroit ou dansent des filles nues et où on peut payer 10$ pour les voir de plus près, au Saguenay, ça veut dire " bordel ". (Exemple : le JR à Arvida)


Et les filles? Vous avez sûrement déjà entendu dire qu'au Saguenay il y a dix filles pour un gars… Hé bien c'est du pipo. C'est totalement impossible et illogique, il naît 105 femmes pour 100 hommes partout dans le monde et c'est comme ça. Je crois qu'il s'agit plutôt d'une déformation, et que notre proportion de belles filles est dix fois plus élevée qu'ailleurs. Oui, vous avez bien lu : alors que vous passez des heures à vous enduire de crèmes pour le corps et a vous épiler les aisselles, les hommes saguenéens laids et mal propres se la coulent douce avec les plus belles femmes du Québec! Ah ha!

Sachant ceci, vous avez déjà une bonne base, et vous pouvez espérer de ne pas être trop dépaysés en quittant la grande ville. Ceci dit, il commence à se faire tard, et mes quelques O'Keefe de début de soirée ont commencé à m'amortir… J'espère donc que mon article vous a plu, et qu'il vous aidera à mieux vous débrouiller si jamais vous venez fêter au Saguenay!






HOME | NIGHTLIFE | EDITORIAL | CULTURE | NIGHTCLUB REVIEWS | SPECIAL EVENTS
MESSAGE BOARD | MONTREAL NIGHTLIFE PICS | TOURIST INFO | NEW YEARS 2016
MONTREAL NEW YEAR'S EVE CALENDAR | MONTREAL-CLUBS CLOTHING | MONTREAL SOUVENIRS & GIFTS
ARCHIVED ARTICLES | ABOUT US